Dal 21 marzo al 21 giugno 2016 a Firenze, Roma, Napoli, Palermo, Padova

Ils sont contraires à tous les usages de la guerre

Le Journal officiel fait suivre cette lettre de la note suivante:

« Les faits signalés par celle letrre n’ont pas besoin de commentaires. Ils ne sont pas seulement la violation de la convention de Genève, ils sont contraires à tous les usages de la guerre, à tous les principes de l’humanité. Faire feu sur les hommes dévoués qui vont au péril de leur vie secourir les blessés, c’est ajouter aux inévitables malheurs de la lutte un acte sauvage qui pourrait devenir le point de départ de sanglantes représailles. C’est à l’opinion publique qu’il appartient de faire justice de semblables procédés. »

4meudon_janssen__15_

Bassorilievo con la partenza di Janssen a bordo dell’aerostato la Volta.

— Une éclipse totale de soleil doit avoir lieu le 18 décembre. Elle sera visible dans le sud de l’Europe et en Algérie. Ce phénomène astronomique est de la plus haute importance, parce qu’il permettra de perfectionner l’observation des protubérances et d’arriver à des notions plus complètes sur la constitution physique du soleil.

M. Janssen, l’éminent physicien, qui a fait faire tant de progrès à l’analyse spectrale des astres, avait proposé, à l’une des dernières séances de l’Académie des sciences, d’aller observer l’éclipse en quittant Paris en ballon. L’Institut avait accepté cette offre avec empressement. L’honorable ministre de l’instruction publique a accueilli favorablement la proposition de M. Janssen et a fourni à ce savant les moyens d’accomplir cette excursion scientifique si intéressante.
Vendredi soir, 2 décembre, M. Janssen est parti en ballon, emportant les appareils les plus indispensables et les moins fragiles. Il se propose de se rendre à Marseille, pour compléter à l’observatoire de cette ville sa collection d’instruments. De là il gagnera la Sicile, où il fixera son poste d’observation.
Ainsi nous fournirons à M. de Bismark une preuve frappante de l’énergique vitalité de cette France qu’il compte anéantir. Nous lui montrerons ainsi que, si nous savons nous consacrer à l’œuvre sainte de la défense nationale, nous savons aussi nous livrer à l’œuvre non moins sacrée du perfectionnement de la science humaine.

L’Union Médicale, 1870, n. 130

scarica l’articolo originale